Czech made : avast!

Radio Prague vous propose cette année une série estivale consacrée à des marques et des produits de la République tchèque dont la réputation dépasse les frontières du pays. De l’antivirus Avast aux tracteurs Zetor en passant par le Semtex, la pervitine ou le knedlík - poilu ou non – la sélection ne sera sûrement pas exhaustive ; elle n’en sera pas moins variée.

Photo: AvastPhoto: Avast Chose promise, chose due : aujourd’hui l’objet de notre attention est l’un des produits tchèques les plus utilisés dans le monde – l’antivirus avast !

Combien d’utilisateurs exactement ? Plusieurs dizaines de millions. En fait, près de 250 millions d’ordinateurs dans le monde sont équipés de ce petit logiciel gratuit.

Avast – le nom est dérivé de l’expression néerlandaise houd vast, employée par les marins hollandais pour dire « stop ! » - est né sous le communisme, il y a plus d’un quart de siècle. C’est ce que rappelait sur nos ondes, il y a quelques années de cela, son directeur marketing Miloš Korenko.

« Avast ! est né en 1988, avec le concours de messieurs Eduard Kučera et Pavel Baudiš qui travaillaient à l’Institut de recherche d’outils mathématiques, une institution qui permettait l’accès à des ordinateurs – des petits ordinateurs personnels. A cette époque, Pavel Baudiš s’est retrouvé avec un virus et il a réussi à créer un outil qui s’en est débarrassé. C’est à ce moment qu’est né Avast !. C’était la première fois qu’on se débarrassait d’un virus. La première forme de la société était celle d’une coopérative, puisqu’il était impossible de fonder une société privée sous le communisme. Puis elle a été transformée en une vraie société en 1991. »

Photo: Barbora KmentováPhoto: Barbora Kmentová Depuis 1991, et surtout depuis l’adoption du modèle freemium, la société s’est forgé une solide réputation. Ce modèle économique associe une offre gratuite, en libre accès, et une offre « premium », haut de gamme, en accès payant.

Le siège d’Avast software est toujours à Prague, mais des bureaux ont également été ouverts en Allemagne, en Californie et à Hong Kong. La société est désormais dirigée par un Américain recruté chez un concurrent et a failli faire son entrée à la bourse de New York il y a deux ans. Finalement, le titre n’est pas encore coté au Nasdaq.

Comme la cybercriminalité ne sera pas endiguée du jour au lendemain, il semble que la société Avast ait encore de beaux jours devant elle. L’une de ses priorités est, depuis peu, tout ce qui concerne les supports mobiles – téléphones, tablettes, etc.

Photo: Barbora KmentováPhoto: Barbora Kmentová Un récent coup marketing bien ficelé a permis à Avast de mettre en évidence à quel point les données personnelles enregistrées dans un smartphone peuvent être récupérées même après sa réinitialisation – le département mobile d’Avast affirme avoir concocté des remèdes presqu’aussi efficaces qu’un coup de marteau bien placé sur son ancien téléphone, si on veut le revendre entier...

Le mois dernier, Avast a fait l’acquisition de la société pragoise InMite, spécialisée dans le développement d’applications mobiles. Les Tchèques ne sont décidément pas les derniers dans ce secteur.

Dans le domaine bien particulier qu’est l’édition de solutions de sécurité sur le modèle freemium, l’un des principaux concurrents d’Avast software est une société tchèque, également fondée en 1991 : AVG, mais dont le siège est aujourd’hui à Amsterdam.